A propos de nous
Chèvres dans la vallée de Sigottier

Nous sommes Catherine et Bernard Lanteaume. Nous sommes installés dans le petit hameau dit « la Montagne » du village de Sigottier, situé dans le sud des Hautes Alpes, dans le parc naturel régional des Baronnies Provençales. Nous y avons une ferme où nous élevons des chèvres cachemires et angoras pour leurs laines. C’est une ferme pédagogique, nous y avons aussi quelques autres animaux producteurs de toison et nous organisons des visites pour tous les curieux (De la toison à la pelote).

Nous avons aussi 2 gites et une chambre d’hôtes labellisés «Accueil paysan», qui offrent calme et tranquillité dans un bel environnement. Nous venons aussi de recevoir la la marque « Valeurs Parc naturel régional », qui traduit notre attachement à ce beau territoire. 

Bernard est marseillais d’origine. Il a fait des études agricoles, bien que rien ne l’y prédisposait dans son environnement familial.

Catherine et Bernard
Catherine et Bernard
Chèvre Angora
Une chèvre angora

Il commence à s’intéresser en 1980 à une certaine chèvre originaire des contreforts himalayens élevée pour sa toison Mohair de rare qualité. Cette petite chèvre semble rassembler de nombreux atouts, c’est un animal qui peut valoriser des espaces de montagne. Elle produit une toison magnifique pouvant permettre à l’éleveur de commercialiser des produits originaux, sur un marché innovant, indépendant de toutes les contraintes des quotas agricoles des productions « traditionnelles ».

Il achète quelques animaux originaires du Canada. Puis, pour constituer son troupeau, et répondre aux demandes de quelques autres éleveurs, il part au Texas et ramène via le Canada prés de 200 chèvres Angora par avion.

Emballé par le défi que représentait un nouvel élevage prometteur Bernard s’est installé en 1985 dans la sobre, mais si belle, vallée du Buëch, avec un troupeau de chèvres Angora aux poils longs jusqu’à terre, bouclés et soyeux… Faisant fi du scepticisme moqueur de certains, il devint le précurseur d’une nouvelle activité. Quelques années plus tard, il complète son troupeau avec des chèvres Cachemires, importées d’Australie.

Catherine est née à Paris. Elle a exercé différentes activités avant de rencontrer Bernard, et de le rejoindre dans sa passion pour les chèvres. Elle s’occupe surtout le la partie commercialisation, de l’accueil, et des visites. Créative, inventive, elle n’est jamais à court d’idées que ce soit pour tricoter les pulls, écharpes, et bonnets vendus à la boutique ou pour cuisiner les délicieux repas de la table d’hôtes.

Catherine et Lila
Catherine et sa fille Lila, avec une chèvre angora

Nous avons actuellement environ 200 bêtes. Nous tondons nos chèvres angoras 2 fois par an et transformons leurs toisons avec un groupe de plus d’une centaine d’éleveurs français, notre mohair porte ensuite la marque «Mohair des Fermes de France».

Quant aux cachemires : nous sommes actuellement un des seuls éleveurs, transformateurs de cachemire en France. Le peu d’engouement pour cet élevage vient du fait qu’une chèvre cachemire ne produit qu’environ 150 g de poil utilisable par an (il faut par exemple élever 5 chèvres pendant 1 an pour produire la quantité nécessaire pour tricoter 1 pull en pur cachemire).

Boucs cachemires
Boucs cachemires

Nous avons commencé à accueillir des voyageurs il y a un peu plus de 20 ans, avec un gite d’abord, celui des Drailles, que nous avons rénové à partir d’une maison tombée en ruine depuis longtemps. Puis nous avons ouvert la chambre d’hôte, pour avoir le plaisir de partager des repas avec les voyageurs. Et enfin, nous avons terminé de rénover une deuxième ruine il y a quelques années, qui est devenue le gite “les pampilles”.

Nous avons la chance de vivre dans un cadre grandiose et nous aimons en faire profiter les autres. 

Retour en haut